FUN, FutureLearn, iversity, Miriada X, le dynamisme des plateformes européennes de MOOCs

Posted by Eric Mathez in BLOG, Non classé | 7 comments

les chiffres clés sur les plateformes de MOOCs européenne

Infographie sur les plateformes européennes de MOOCs académiques

En Europe, la production de MOOCs s’accélère

D’abord, rappelons qu’en 2014, au moins 18 millions de personnes ont suivis 2 400 cours, mis en ligne par 400 universités dans le monde. En octobre 2015, ce sont près de 400 nouveaux MOOCs qui ont été proposés au public. Même si la période de rentrée justifie une présence soutenue, ces chiffres reflètent une production de MOOCs très active.

Après avoir faire le point sur les plateformes américaines de MOOCs, zoomons maintenant sur l’Europe. Pas de nouveaux entrants sur ce marché, mais les acteurs déjà présents ont fortement étoffé leur offre pour séduire toujours plus d’inscrits.

Open University injecte 13 millions de livres dans FutureLearn, sur les 3 prochaines années

Rappelons que FutureLearn a été créée en 2012 par The Open University, elle-même fondée en 1969, et disposant d’une expérience de plusieurs décennies dans le domaine de l’éducation à distance. The Open University vient d’investir un important budget pour que FutureLearn devienne un leader mondial sur les MOOCs. Les principaux axes de développement consistent à offrir une meilleure et plus engageante expérience d’apprentissage pour les étudiants (qui seraient déjà plus de 40% à être actifs sur les MOOCs de la plateforme) ; orienter vers l’apprentissage sur mobile ; s’internationaliser en apportant des ressources aux non anglophones ; développer les partenariats avec les entreprises ; élargir les dates de diffusion des MOOCs ; et enfin, apporter des outils aux formateurs et enseignants pour les accompagner dans la transformation digitale de l’enseignement.

La plateforme britannique FutureLearn affiche une belle progression en passant de 800 000 utilisateurs fin 2014 à 2,5 millions en octobre 2015. Au-delà du nombre d’inscrits, la démultiplication des partenariats initiés est impressionnante. FutureLearn collabore avec plus de 70 universités au Royaume-Uni (Glasgow, Edinburgh, Bristol, Birmingham, Liverpool, …) et dans les pays anglophones (Auckland, Basel ou Belfast). La plateforme développe également des partenariats avec des établissements publics comme le British Council, le British Museum ou l’European Space Agency.

Afin de mieux valoriser la réussite d’un MOOC, FutureLearn ajoute, à la traditionnelle attestation de participation en version imprimée ou format pdf, un certificat digital de participation. Le prix de la certification est désormais établi à 34£, au lieu de 29£ avant la digitalisation de la certification.

Quoi de mieux à ajouter à son CV online ou à partager directement sur LinkedIn ? L’idée est bien évidemment de partager ce certificat au design particulièrement élaboré, constitué d’une page web avec URL unique.

FutureLearn propose également d’épingler les certificats sur les profils des apprenants sur la plateforme elle-même, qui deviendra alors une richissime base de données de profils prometteurs. Une approche qui n’est pas sans rappeler les stratégies déployées par LinkedIn qui cherche à se positionner sur le marché du e-learning, avec comme objectif d’accélérer la formation des professionnels et de mieux connecter les talents aux offres d’emploi.

Il semble bien qu’il faille surveiller de près l’évolution de cette plateforme. Son design innovant a été conçu pour rendre l’expérience d’apprentissage la plus attractive possible, et FutureLearn pourrait bien devenir le champion d’Europe des MOOCs académiques.

Iversity passe la barre des 1 million d’inscrits et diversifie ses offres avec les entreprises

Deux ans après son lancement, la plateforme allemande atteint le million d’utilisateurs et propose une centaine de cours. La start-up berlinoise prépare actuellement une nouvelle levée de fonds, prévue dans les prochains mois.

En 2015, iversity a élargi son marché avec une offre de formation payante à destination des entreprises et des individuels « iversity PRO ». Il s’agit d’une offre complémentaire aux MOOCs, dont les premiers clients sont de grands groupes comme la Deutsche Bahn, Fraport, ou l’Italian bank Intesa Sanpaolo. Les compétences ciblées dans ces cours sont des business skills, comme le management et le leadership, le marketing et la vente, la négociation … proposés par des enseignants et des professionnels. Par exemple, le cours « Visual Thinking for Business » est conçu par WHU-Otto Beisheim School of Management, classée meilleure école de commerce allemande selon le Financial Times.

Au final, iversity nous propose d’un côté des MOOCs, aux thématiques variées, en accès libre et ouvert à tous, et de l’autre côté, des cours qualifiants orientés vers l’employabilité. Comme le mentionne le CEO Hannes Klöpper « c’est une situation gagnant-gagnant pour tous : étudiants, universités, salariés, entreprises et iversity. »

A noter que, sur octobre et novembre 2015, iversity aura lancé 20 nouveaux MOOCs, en partenariat avec de grandes institutions comme Berlin University of Arts ou WWF (World Wide Fund for Nature). Comme cela est maintenant devenu classique, les certificats sont proposés en fin de MOOC (29 à 149 €).

D’autres acteurs européens avec des stratégies variées

En France,  FUN (France Université Numérique) a annoncé, en septembre dernier, avoir dépassé le million d’inscrits, enregistré 400 000 comptes et diffusé 193 sessions de cours, avec 61 établissements d’enseignement supérieur. Côté écoles, si Sciences Po, l’EM Lyon, l’Ecole Polytechnique ou HEC Paris ont choisi Coursera, d’autres grandes institutions comme Sorbonne Universités ont choisi de collaborer avec edX pour produire et diffuser leurs MOOCs. Ainsi, FUN  a noué des partenariats avec le CNAM, Polytechnique, Mines Telecom, Paris Ouest, les universités de Bordeaux, Strasbourg, Nice, Nantes, … Nous ferons un focus complet sur le marché français dans un prochain article.

Du côté de l’Espagne, le modèle diffère un peu avec Miriada X. La plateforme espagnole a été lancée en 2013 par Telefónica, dans le cadre du programme Telefónica Educación Digital, et par Universia, un réseau internet de coopération universitaire hispanophone et lusophone, soutenu par la Banco Santader. Aujourd’hui, le réseau développé par Miriada X est constitué de 45 universités partenaires, espagnoles, portugaises et latino-américaines, réparties dans 10 pays : Espagne, Colombie, Chili, Argentine, Pérou, Mexique, Brésil, Puerto Rico, République Dominicaine, Salvador. 13 nouveaux MOOCs ont démarré cet automne, notamment sur la culture digitale. L’enjeu de ces partenariats, public/privé, est de développer l’accès à Internet et aux services de téléphonie, en même temps que l’accès à l’éducation pour tous.

Article écrit par Dorothée Le Vot

Sources :

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Comments (7)
  1. Pingback: Les plateformes européennes de MOOCs: FU...

  2. Pingback: Les plateformes européennes de MOOCs: FU...

  3. Pingback: Les plateformes européennes de MOOCs: FU...

  4. Pingback: FUN, FutureLearn, iversity, Miriada X, le dynam...

  5. Flynn says:

    I’m reading your website and an excellent way to promote your
    content came to my mind. Search in google for: Eddie’s Tips – SM Traffic

  6. Pingback: Infographie | Pearltrees

  7. Pingback: MOOC étranger | Pearltrees

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.