Coursera, Edx, Udacity : les Big Three mettent le cap sur les entreprises

Posted by Eric Mathez in Non classé | 2 comments

Coursera, EdX, Udacity les chiffres clés

Coursera, EDX, Udacity sont nées en 2012 aux Etats-Unis pour diffuser gratuitement les Massives Open Online Courses (MOOC) au plus grand nombre. Elles ont levé des dizaines de millions de dollars  pour se développer et leur terrain de jeu est aujourd’hui mondial. A la recherche d’un modèle économique viable sur le long terme, elles rendent plus en plus leurs cours payants. En cette rentrée universitaire 2016, faisons un tour des offres misent en place par celles que l’ont surnomment les Big Three.

COURSERA : des “Credentials” à Coursera for Business

La plateforme a connu une croissance de + 30% de ses inscrits en un an pour dépasser désormais les 21 millions. Elle propose aujourd’hui 2 175 cours soit une hausse +45% vs 2015, alors même que le nombre d’établissements liés à la plateforme reste quasiment stable (145). On notera côté français l’arrivée de 4 grandes écoles :

  • EM Lyon (MOOC “Effectuation et Codapp”),
  • L’ESCP (MOOC” Comprendre l’écologie pour une économie innovante”),
  • L’Ecole des Ponts (MOOC “Mastering bitumen for better roads and innovative applications”)  
  • Supélec (4 Moocs),

qui rejoignent les 6 institutions déjà présentes (Polytechnique, ENS, Sciences Po, HEC , ESSEC , Institut Mines Telecom). Un choix volontairement élitiste pour répondre à la promesse de la plateforme : “Suivez en ligne les meilleurs cours au monde”.

Après le départ en août de Daphné Koller sa cofondatrice, la stratégie de Coursera est clairement orientée vers les MOOCs payants..

L’année dernière, elle lançait ses “credentials”, spécialisation pouvant inclure plusieurs MOOCs. Si la majorité des cours peuvent être suivis gratuitement en auditeur libre, le coût d’une attestation de participation, traduit sur la version française du site par le terme ambigu de certificat, coûte 71 € tandis que pour une spécialisation l’addition se monte à plusieurs centaines d’euros. Ainsi, côté grandes écoles françaises, il vous en coûtera  302 € pour la spécialisation “Business Analytics stratégique” de l’ESSEC qui comprend 4 MOOCs  et 284 € pour les 3 MOOCs qui composent la spécialisation “Inspirational Leadership : Leading with Sense” d’HEC Paris.

Ces spécialisations visent clairement les professionnels en activité qui souhaitent rajouter sur leur CV et leur profil LinkedIn une certification validant l’acquisition de nouvelles compétences et le logo d’une grande école ou d’une université prestigieuse.

On regrettera que la plateforme ne les ait pas suffisamment mis en évidence sur son site et c’est souvent dans la fiche de présentation d’un MOOC qu’on découvre leur existence.

Pour ceux n’ayant pas les moyens de payer  les attestations de suivi, elle offre la possibilité d’une aide financière. Pour cela l’apprenant pourra soumettre sa demande  à l’aide d’un formulaire en ligne, la contrepartie demandée étant qu’il s’engage à suivre suivre le MOOC jusqu’au bout et à apporter “une contribution positive” (sic) au cours.

De la spécialisation payante pour le particulier au marché BtoB de la formation professionnelle il n’y a qu’un pas que la plateforme a franchi fin août en annonçant le lancement de Coursera for Business avec des premier accords pour la formation des employés de L’Oréal, Axis Bank et le Boston Consulting Group.

copie d'écran du site internet Coursera for Business

Copie d’écran du site internet de Coursera présentant Coursera for Business

EDX : Des MicroMasters conçus pour répondre aux besoins des entreprises

Fin 2013, Edx avait lancé ses XSeries, des spécialisations regroupant comme pour Coursera plusieurs MOOCs payants, mais la vraie innovation arrive en octobre 2015 avec la création par le MIT (Massachusetts Institute of Technology) d’un premier  MicroMaster sur le Supply Chain Management. Le principe est d’obtenir un titre équivalent à un semestre de cours de niveau master sur la plate-forme edX, et, une fois cette étape validée, de compléter le diplôme de maîtrise en un seul semestre sur le campus de l’Université. Le semestre en ligne coûte 1 000 $ et le succès ne s’est pas fait attendre avec 127 000 étudiants de 189 nationalités qui se sont inscrits à au moins un des cours  et plus de 7 000 qui ont pu obtenir un certificat dans au moins un des 5 cours de cette formation.

En septembre 2016, EdX annonce des accords avec 13 universités pour créer 18 autres MicroMasters.

Ce concept mixant un semestre de  cours en ligne puis un semestre de cours en présentiel pourrait enfin résoudre le modèle économique des Massives Open Online Courses. En effet, si le coût de production d’un MOOC est important pour une université (75 à 100 K€), les MicroMasters apportent deux sources de recettes : celles des attestations payantes en ligne, et celles des frais d’inscription pour suivre sur le campus le semestre complémentaire. Compte tenu du montant des frais de scolarité des universités américaines (15 à 50 K$) l’investissement sera vite amorti par le gain de nouveaux élèves.

Le premier semestre en ligne aura permis de recruter et de sélectionner des nouveaux étudiants qui n’auraient sans doute pas suivi le parcours universitaire classique faute de moyens financiers, de temps ou de pré-requis.

Sur le site internet d’EdX, les MicroMasters mettent en avant des débouchés dans des entreprises prestigieuses et leur fiche descriptive indique les niveaux de postes auxquels pourront prétendre les diplômés ainsi que les niveaux de salaire.

Certification MicroMasters d'EdX

Présentation des MicroMasters sur le site d’EdX

UDACITY : former les profils recherchés par la Silicon Valley et les start-up du digital

S’orienter vers la formation professionnelle, Udacity, la plateforme créée par Sébastian Thrun, ancien professeur à Stanford et pionnier des MOOCs, l’a fait seulement quelques mois après sa création avec des cours en ligne conçus en partenariat avec les leaders du digital (Google, Facebook, Amazon web services, AT&T).

Udacity ne travaille qu’avec deux universités (Georgia Tech et l’Université de San José). Pas de MOOCs académiques au catalogue, mais des cours centrés sur l’acquisition de compétences immédiatement opérationnelles dans les entreprises et principalement sur les métiers du digital. Ainsi 45 cours ont été créées avec Google notamment pour apprendre à développer sous son système d’exploitation Android. Si les cours restent gratuit, fin 2014 Udacity a lancé, son programme de Nanodregrees.Pour y accéder chaque élève paie un abonnement de 199 $ par mois dont 50% sera remboursé si l’apprenant finit son parcours  avec succès dans les 12 mois.  La plateforme propose 11 formations dont la petite dernière en partenariat avec Mercedes Benz vous promet de devenir ingénieur en “automobile autonome”  en 3 trimestre.

Présentation du fonctionnement des Nanodegrees d'Udacity

Copie d’écran de la page du site internet d’Udacity présentant le programme de MOOCs payants Nanodegree

Avec le programme Nanodegree + (299 $ par mois), Udacity vous garantit même de trouver un travail dans les 6 mois suivants la fin de votre formation, faute de quoi 100 % de votre abonnement sera remboursé.

Pour développer ses Nanodegrees et donner toutes les chances aux apprenants d’aller jusqu’au bout de leur parcours, Udacity teste aussi du présentiel en complément du online. Pour 99 $ de plus par mois, le service Udacity connect propose des sessions qui rassemblent plusieurs apprenant autour d’un coach. Ce service n’est pour l’instant ouvert que dans 3 villes (San Francisco, Los angeles, New York).

En mettant le cap vers les entreprises les Big Three réinventent le modèle économique des MOOCs et proposent une grande souplesse dans la construction de parcours adaptés au marché du travail à un prix abordable, tant pour les particuliers, que pour les entreprises.  

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Comments (2)
  1. Pingback: Coursera Edx Udacity | MOOCAFET | Scoop.it

  2. Pingback: Coursera Edx Udacity | my e-education | Scoop.it

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.